Imprimer la fiche

Fiche d'information

Lyrica®

( Prégabaline )

Antiépileptique

Fiche signalétique

Dénomination Commune Internationale

Prégabaline

Classe thérapeutique

Antiépileptique

Laboratoire

Pfizer

Présentation
  • Gélule à 25 mg (blanche)
  • Gélule à 50 mg (blanche)
  • Gélule à 75 mg (blanc et orange foncé)
  • Gélule à 100 mg (orange)
  • Gélule à 150 mg (blanche)
  • Gélule à 200 mg (orange clair)
  • Gélule à 300 mg (blanc et orange foncé)
  • Solution buvable 20mg/ml, flacon de 473 ml

Conservation

Conserver votre médicament dans son étui et à l’abri de la lumière et de la chaleur.
Ne pas laisser à la portée des enfants.

Quel bénéfice attendre de ce médicament ?

LYRICA® est un antiépileptique, également utilisé dans le traitement du trouble anxieux généralisé chez l’adulte.

Les anxiolytiques (appelés aussi tranquillisants) sont des médicaments utilisés pour soulager la tension nerveuse ou d’autres manifestations d’angoisse.

Ces médicaments ne guérissent pas l’anxiété, sorte d’inquiétude exagérée qui apparaît dans notre vie quotidienne, mais en allègent les symptômes comme les sensations de poids sur la poitrine, d’étouffement, de gorge serrée, les palpitations, l’irritabilité, certains tremblements, la transpiration excessive, l’insomnie, etc… De ce fait, le traitement au moyen d’un anxiolytique ne constitue qu’un traitement d’appoint dont la durée doit être limitée et réévaluée car il existe un risque d’accoutumance. De plus, l’usage d’un anxiolytique doit être associé à un soutien psychologique ou éventuellement à un autre traitement médicamenteux (antidépresseur).


Le médicament occupe une place importante dans votre démarche de soins : il doit conduire à diminuer progressivement les symptômes liés à la maladie et vous aider à renforcer vos relations et vos activités. Mais le médicament à lui seul n'est pas totalement suffisant pour votre rétablissement. Il est très souvent nécessaire d'être soutenu par un accompagnement psychologique et de poursuivre des activités de votre choix (loisir, lecture, activités culturelles, etc.

Comment prendre votre medicament ?

Il doit être pris chaque jour, à heure régulière, en respectant la posologie prescrite sur votre ordonnance.

Vérifiez bien le dosage des gélules que vous a prescrit le médecin.

Les gélules doivent être avalées avec un grand verre d’eau, pendant ou en dehors des repas en position assise ou debout. Les gélules ne doivent pas être ouvertes.

Vérifiez bien la quantité de gouttes que vous a prescrit votre médecin.

Les gouttes sont comptées à l’aide du compte-gouttes contenu dans la boîte en carton du médicament. Il est important de préparer un médicament avec son compte-gouttes approprié.

Le comprimé orodispersible doit être utilisé immédiatement après sa sortie de la plaquette. Déposé sur la langue, il se désagrège en quelques secondes, sans avoir besoin d’utiliser d’eau.

Que faire en cas d’oubli d’une prise ?

Si le retard est de moins de deux heures prendre immédiatement le médicament.

Au-delà de deux heures, sauter la prise et prendre la quantité prescrite la fois suivante.

Ne doublez jamais les doses pour compenser l’oubli d’une prise.

Quels effets indésirables peuvent apparaître ?

Ces effets indésirables peuvent ne jamais apparaître et sont différents d’une personne à l’autre.
La grande majorité des effets indésirables ne sont pas graves. Certains régressent, dès les premières semaines du traitement. Il faut les connaître pour pouvoir les identifier ou les éviter et, dans tous les cas, en parler à votre médecin qui recherchera une solution pour les atténuer, voire les faire disparaître.

Effets Que dois-je faire ?
Vertiges, étourdissements, malaises, en se levant. Levez-vous lentement.
Ceci n’est pas dangereux, mais faites vérifier votre tension artérielle.
Somnolence, fatigue, difficulté de concentration. Parlez-en à votre médecin pour une réévaluation du traitement.
Prenez le médicament le soir.
Soyez prudent dans les situations qui nécessitent de l’attention.
Troubles de la vision : vision floue, difficulté pour lire. Evitez de conduire.
Parlez-en à votre médecin.
Œdème des jambes Parlez-en à votre médecin.
Augmentation de l’appétit, prise de poids Surveillez votre poids et votre tour de taille.
Evitez les sucreries (bonbons, gâteaux, viennoiseries, boissons sucrées). Réduisez les graisses. Pratiquez une activité physique adaptée.

Cette fiche fait mention des effets indésirables les plus souvent rencontrés par les patients ; d’autres effets plus rares peuvent parfois apparaître ; Parlez-en avec votre médecin ou votre pharmacien.

Que surveiller pendant le traitement ?

Hygiène de vie
Evitez les situations répétées de manque de sommeil et la consommation d’excitants : café, thé, cola, drogues.

Le poids
Certains neuroleptiques/antipsychotiques peuvent entraîner une prise de poids.
Certains patients grossissent, d’autres pas.
Pour éviter une surcharge pondérale, il convient dès le début du traitement, de surveiller régulièrement son poids (une fois par semaine le premier mois, puis mensuellement), d’éviter les sucreries, les boissons sucrées, les grignotages entre les repas, de pratiquer une ou des activités physiques adaptées.
Une prise de poids supérieure à 5 kg après trois mois de traitement nécessite une consultation diététique.

Les signes d’alerte
Devant l’apparition d’un malaise inhabituel (avec nausées, vomissements, fatigue, perte d’appétit), d’une douleur abdominale sévère, de petits saignements inhabituels (gencives, nez) ou une tendance à avoir des bleus sur le corps, consultez votre médecin.
Prévenir immédiatement votre médecin en cas d’apparition d’une somnolence excessive ou de reprise de l’anxiété, en cas de faiblesse musculaire.
Prévenir immédiatement votre médecin en cas d’apparition d’une somnolence excessive, de signes de confusion ou de gêne respiratoire.

Quelles précautions à observer ?

L’alcool
La prise d’alcool est contre indiquée, surtout en début de traitement, car elle peut entraîner une somnolence excessive, augmenter les effets indésirables, le mal-être et l’angoisse. Par la suite, une consommation très modérée est possible. Parlez-en avec votre médecin.

Les drogues
La consommation de ces produits peut favoriser une réapparition des troubles liées à votre maladie, de plus elle s’oppose à la réussite de votre traitement : il est fortement déconseillé d’en prendre.

Les médicaments
Ne prenez pas de médicaments non prescrits par votre médecin. Demandez l’avis de votre médecin ou pharmacien car ce médicament peut présenter des interactions avec d’autres médicaments courants.

Désir de grossesse
Vous envisagez une grossesse, parlez-en avec votre médecin. Lui seul sera à même d'évaluer la poursuite du traitement.

Conduite de véhicules
Soyez très prudent : ne conduisez pas sans l’avis d’un professionnel de santé.

La régularité du traitement

La prise régulière du traitement conditionne son efficacité qui apparaît après quelques semaines. Vous pouvez préparer un semainier pour ne pas oublier de prendre votre traitement.

En général, le bénéfice du traitement n’est pas immédiat, il apparaît après 2 ou 3 semaines de traitement, parfois davantage. La stabilisation peut parfois demander plusieurs mois. Il faut donc laisser à votre médicament le temps d’agir. Il ne faut pas renoncer et interrompre le traitement si vous jugez l’amélioration insuffisante. En attendant, si vous ressentez une certaine agitation ou si vous vous sentez plus découragé(e) et abattu(e), vous devez en parler à votre médecin qui prendra les mesures nécessaires.

La poursuite du traitement est indispensable pour obtenir une stabilité psychique. Par contre, une interruption brutale du traitement vous expose à un mal-être (rebond d’angoisse, d’insomnie, contractures) dans les jours qui suivent et, à plus long terme, à une rechute.

L’arrêt du traitement doit toujours être décidé en accord avec votre médecin prescripteur.
Il doit être progressif sur plusieurs semaines.